Blog,  Maternité,  Mood

Confessions d’une maman louve : la puissance de l’instinct protecteur

D’aussi longtemps que je m’en souviennes, j’ai toujours eu un instinct très protecteur à l’égard des personnes qui me sont chères ; et cela est d’autant plus vrai depuis que j’ai donné la vie. Véritable maman louve, je protège mon petit envers et contre tous et ne supporterais pas que l’on puisse lui faire du mal ; d’une quelconque façon que ce soit. Certain(e)s me reprochent de trop couver bébé et très honnêtement, je ne le comprends pas (en plus de beaucoup m’énerver). Est-il mal de veiller à ce que son enfant ne manque de rien, ne se blesse pas, et bénéficie des meilleurs soins ? Il ne s’agit pas de surprotection ou encore de mise sous cloche ; simplement d’amour et de bienveillance. A mon sens, aucun enfant ne se plaindra d’avoir reçu trop d’amour, d’affection (c’est généralement plutôt le contraire – et je sais de quoi je parle …) ou encore d’avoir été préservé de comportements non adaptés.

J’assume pleinement le fait de reprendre les personnes qui n’agissent pas avec Paul comme je l’aimerais ou comme il faudrait qu’ils le fassent ; et ce, même si cela ne plaît pas. En effet, d’une part les choses évoluent avec le temps concernant les bons gestes à adopter avec un bébé et d’autre part, chacun donne l’éducation et fait comme il le souhaite avec son enfant. A titre personnel et lorsque je ne suis pas sûre de moi ou que je ne connais pas la démarche à suivre (car j’apprends à être maman et que je veux bien faire – comme toutes !), je lis bon nombre d’articles/d’ouvrages et demande toujours conseil à la pédiatre avant d’agir. Bien évidemment, j’écoute les besoins de mon enfant et tente de les mettre en adéquation avec les méthodes enseignées afin de mettre toutes les chances de mon côté pour que les choses se déroulent bien.

Dans les moments de doute (qui sont assez fréquents car je me remets très régulièrement en question), je prends du recul et je me dis (souvent avec l’aide de son papa !) que mon enfant est en bonne santé, qu’il est heureux et qu’après tout, c’est tout ce qui compte ! N’en déplaise à ceux qui ne comprennent pas, qui ne cautionnent pas ma façon de voir les choses (j’emploie la première personne parce qu’il s’agit d’un blog personnel mais il est évident que l’éducation de bébé se fait en totale harmonie avec son papa), chacun fait à sa guise et agit aussi (et surtout) en fonction de son tout-petit.

Ce qui me gêne à l’heure actuelle, c’est que même si je conçois que pour certaines personnes les nouvelles “normes” soient difficiles à appréhender, il n’y ait pas davantage d’écoute de leur part quant aux évolutions de ces dernières années. Lorsque j’entends que “Ce que disent les professionnels sur les bons comportements à adopter avec bébé change tous les quatre matins”, je m’offusque. Certes, les recommandations ne sont plus identiques mais selon moi, elles ne changent pas, elles évoluent. On pourra dire que je joue sur les mots mais il n’en est rien. La science, les études, la médecine, font des progrès importants et tirent des conclusions de situations avérées. Il est donc normal d’ajuster et de rectifier les consignes données aux futurs parents afin que tout se passe bien avec leur enfant. Et surtout, il n’est pas question de dire que l’on faisait mal avant, mais de reconnaître que l’on essaie juste de faire mieux maintenant – grâce aux connaissances, au recul et aux avancées rendues possibles avec le temps. 

Mamans, futures mamans, faîtes-vous confiance dans votre façon d’agir car au final, vous êtes les seules à connaître votre petit sur le bout des doigts. Les gens veulent et pensent toujours être de bons conseils (cela part très souvent d’une bonne attention) mais cela n’est pas forcément le cas. Prenez le temps d’analyser par vous-même et de faire vos choix en fonction des informations recueillies – sans avoir peur de vexer ceux qui ne comprennent pas que ce n’est pas parce que vous voulez faire différemment, que vous considérez qu’eux-mêmes ont mal fait. Et c’est généralement là où le bât blesse malheureusement et que les conflits s’installent. La maternité (d’autant plus lorsqu’il s’agit du premier enfant) est un apprentissage intense qui se poursuit tout au long de la vie. Il n’est pas correct de juger ceux qui tentent de faire au mieux et de penser que l’on est meilleur que les autres parce que nous avons déjà eu des enfants. Les jeunes mamans ne font ni mieux, ni moins bien. Il ne faut pas sans cesse comparer et se comparer car tout le monde fait comme il l’entend et cela peut changer d’une époque, d’un pays, d’une culture et tout simplement d’une personne à une autre.

Je suis donc protectrice, il est vrai, mais je m’efforce de respecter les recommandations prescrites par les professionnels, en m’adaptant à Paul (et sans blâmer ceux qui font complètement le contraire) car je pense que cela est préférable pour lui et pour son développement. De base, ce n’est pas tous les jours facile car dès que bébé prend un rythme, un nouveau changement intervient et il faut tout recommencer. Mais c’est ainsi. Je n’ai donc pas besoin que tout ce que je fais soit analysé et critiqué. Je fais de mon mieux pour être une “bonne” maman et le seul qui puisse en juger et me rassurer dans mes choix, c’est Paul et son sourire bienveillant tout plein d’amour ! Plus qu’une maman louve, je suis avant tout une maman love.

– Jude

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *